Une réalité (très) augmentée pour “Game of Thrones”

Voici une vidéo qui lève un peu le voile sur les effets spéciaux derrières les sublimes décors de Game of Thrones. Le plus étonnant, dans cette démonstration du studio allemand Mackevision sur leur travail pour la saison 4, réside sans doute dans le fait que même les “décors naturels” sont en fait le produit d’un imposant travail de collage entre des bouts de réalités différentes et des purs effets élaborés en studio. C’est bluffant

j j j

Thomas Allen entre “Cut up” et détournement visuel

Thomas Allen entre “Cut up” et détournement visuel

Thomas Allen est un bien étrange artiste qui combine, au travers de l’art du détournement, la photo et l’illustration… ou plutôt des parties d’illustrations récupérées dans des livres, découpée, remise en scène et en perspective pour re/composer des images originales.

Le travail de Thomas Allen est en fait une sorte de méta-collage, qui va au-delà de l’assemblage et de la superposition d’éléments graphiques. Il agence chaque fragment récupéré avec des jeux d’ombres et des flous qui reconstituent la perception du volume; il travail des angles de vue (très photographiques) qui rajoutent du contexte et du sensible; il recompose un récit avec des bout d’une autre histoire. La magie de Photoshop opère ici comme une réinvention permanente.
Read More

j j j

365 jours de typographie urbaine

Urban typography

Dans les rues de Gand.

L’auteur anonyme du tumblog Urban typography part à la découverte de ces « éléments typographiques qui définissent la ville » et collecte les clichés d’enseignes, mosaïques, pierres gravées, lettres peintes, et autres néons…

Depuis le 1er février 2014, tous les jours, et pour une durée annoncée de 365 jours, il documente ainsi sur le blog l’une de ses découvertes. Chaque fois, comme un rituel, une photo carrée, quelques lignes de commentaire en hollandais et en anglais. Le tout complété par une série de tags.
Read More

j j j

Canevas mural

Canevas mural

Ce matin rue Buffon, à Montreuil, en partant travailler.

Vu du trottoir d’en face j’ai failli ne rien voir. Puis, en s’approchant, on découvre l’image, et la texture canevas de l’illustration.

j j j

Dead Jean-Paul

Dead Jean-Paul

Un jour de septembre 2013, en arrivant à Cadaqués, charmante petite ville de Catalogne, nous avions garé la voiture au parking municipal en plein air. Le muret qui encadre la voie d’accès à celui-ci hébergeait d’innombrables graffitis. Dont celui-ci, accompagné de l’énigmatique inscription “Dead Jean-Paul”. Et, à bien y regarder, on a bien l’impression que ce squelette a été habillé par Jean-Paul Gaultier…

j j j

Oratorical Typeface, un alphabet sculpté dans des livres

Oratorical Typeface

Le groupe Nerhol, qui regroupe les artistes japonais Ryuta Iida et Yoshihisa Tanaka, a créé cette “typographie oratoire”. Chaque caractère est fabriqué par un jeu de découpe méticuleuse des pages d’un ouvrage en japonais qui, une fois assemblées, composent des formes géométriques qui restituent l’une des lettres capitales de l’alphabet latin.
Read More

j j j

Fira Sans, la fonte du renard

Fira Sans, la fonte du renard

En 2012 la Fondation Mozilla, l’organisation qui préside aux destinées du navigateur homonyme, charge le typographe de renom Erik Spiekermann de créer une police de caractères open source pour son projet de système mobile Firefox OS. Du travail de Spiekermann, en collaboration avec Ralph du Carrois du studio typographique berlinois Carrois, est née la Fira Sans.
Read More

j j j

Une très légère révolution graphique au “New Yorker”

En septembre 2013, The New Yorker changeait de graphisme aussi bien pour sa version imprimée que pour le web. En fait, pas franchement une nouvelle formule, mais un “rafraichissement” du design graphique, suivant les termes mêmes de la rédaction. Cela faisait 13 ans que rien n’avait bougé du côté du design de ce magazine.

Dans cette vidéo, produite par le The New Yorker pour promouvoir l’événement, on voit en particulier Wyatt Mitchell, le directeur de la création du magazine, qui parle du processus de conception, et du travail sur la police Irvin, utilisée pour le logo et certaines têtières, et si caractéristique de l’identité du New Yorker, qui a été elle aussi “rafraichie” à cette occasion.

Read More

j j j