A23D – Typographie 3D

Ce court métrage de Adrian Harrison raconte l’histoire de la création de la police A23D, la première fonte créée avec une imprimante 3D. Ce travail a été commissionné par le graphiste Richard Ardagh de l’imprimerie traditionnelle New North Press de Londres, et le caractère a été dessiné par Scott Williams et Henrik Kubel de la fonderie britannique A2-Type.
Read More

j j j

Perfect typography

Perfect

Trouvé par mon ami Pierre Emmanuel Weck dans une brocante à Berlin, un petit kit typographique de marque Perfect.

Il s’agit d’une petite boite métallique (60×90 mm) contenant des casses de caoutchouc et une pince pour les attraper. Il devait sans doute y avoir aussi à l’origine une réglette pour installer chaque casse et composer un mot une phrase. Probablement un jouet à vocation pédagogique pour adolescents.

Autant dire un cadeau inestimable.

j j j

Images troubles sur les murs

#Dysturb

#Dysturb est un collectif de reporters photographes qui affichent sur les murs de grandes photos d’actualité pour interpeller les passants sur les situations de crise dans le monde qui sont finalement pas, ou peu, couvertes par les médias.

Des photographes qui se disent lassés de passer des mois en reportage pour voir ensuite juste une ou deux de leurs images publiées par la presse. Ils ont alors décidés d’aller la nuit, armés de brosses et de seaux de colle, afficher de façon sauvage des tirages géants sur les murs de la ville.
Read More

j j j

“Deadline” par Will Steacy

“Deadline” par Will Steacy

Le photographe Will Steacy a suivi pendant cinq ans la vie des équipes du quotidien américain The Philadelphia Inquirer, devenant le témoin de la crise de la presse “papier”.

« Quand vous lisez un journal, vous ne lisez pas la production d’une seule personne, mais celle d’une institution avec un passé, un présent et, espérons-le, un futur. »
Gene Roberts, rédacteur en chef de 1972 à 1990

Le site Slate publie une sélection de ces clichés commentés par Will Steacy. Un témoignage en image émouvant, et un brin nostalgique, de la “descente aux enfers” de ce grand titre de presse, marqué par les licenciements (de 700 à la fin des années 90 à 200 salariés aujourd’hui), dont celui du père de Will, et l’abandon du siège historique du journal…

j j j