Hypertexte sur papier

Traumgedanken

Avec son livre Traumgedanken (Pensées sur les rêves), Maria Fisher, graphiste allemande, réinvente d’une certaine façon l’hypertexte, dont elle étend le principe jusqu’au livre imprimé.

Le terme hypertexte, inventé en 1965 par Ted Nelson, renvoi à un contenu qui se présente sous une forme qui n’est plus séquentielle (ou linéaire), comme un discours ou les pages d’un livre, mais inséré dans un système de liens et de références dynamiques vers un ensemble de documents (citations, annotations, autres documents). Avec le World Wide Web, conçu par Tim Berners-Lee en 1989, nous avons vu se développer la mise en œuvre la plus vaste et le plus utilisée d’un système hypertexte à travers le réseau Internet. Nous utilisons chaque jour l’hypertexte, sans finalement en percevoir la puissance.

Le livre de Maria Fisher est un « vrai » livre, imprimé sur papier, et en même temps un « vrai » document hypertexte.

Il se construit de façon fragmentée – sur le mode des rêves – et se compose à partir d’extraits de textes littéraires, philosophiques, psychologiques ou scientifiques, reliés entre eux par des fils de couleurs. Le lecteur est ainsi invité à naviguer entre les différents textes en suivant ces fils d’Arianne qui, selon Maria Fisher, « matérialisent la fragilité et l’aspect mystérieux d’un songe ». Passant d’un mot clef à l’autre pour pour surfer sur les références et les extraits, chacun (re)composer une histoire… et en produit sa propre lecture.

Alors que le monde de l’édition cherche à inventer le « livre numérique », Maria Fisher a sans doute – juste – réinventé le livre.

Traumgedanken

Traumgedanken

Traumgedanken

Merci à Pedro pour cette trouvaille via Silicon Maniacs.

Laisser un commentaire